Boutique

Ravissements suivi de Éloge du confinement, écrit par Irène Moreau d’Escrières
17 juin 2020
Tourner la page, écrit par Marc JERUSALEM
19 juin 2020
Tout voir

Meurtres en modulation de fréquence, écrit par Albert de Morais

(1 avis client)

21,50

Dans l’euphorie du développement des en modulation radios libres, des année 80, un trentenaire s’obstine à présenter une candidature pour une radio FM, au nom de la communauté qu’il souhaite représenter, à Paris. Entre une passion amoureuse, des conflits internes, avant et après l’obtention de l’autorisation d’émettre, des suspicions de collusion impliquant des membres et fonctionnaires de l’autorité de régulation avec des personnalités connues, les fins limiers de la police judiciaire du 36 quai des Orfèvres, puis la DGSE, s’activent pour découvrir le ou les auteurs des meurtres qui se succèdent dans ce milieu.

L’Auteur :

Albert de Morais (Antonio Alberto de Morais Cardoso) ou Tony Cardoso, est un ex-journaliste et dirigeant d’organes de presse écrite, radio et télévision, de nationalité française et portugaise, né le 25 juillet 1955, à Alijó, Portugal. Il est père de deux enfants : Daniel (1982) et Hugo (2003).
Retraité depuis 2016, il se consacre à l’écriture et publie son premier roman la même année : « Soif de Liberté », « Sede de Liberdade » en version portugaise (Editions Douro). La version en français fut rééditée en 2019 par les Editions Encre Rouge.
Passionné par la littérature, il participe à la création d’une société d’édition dans le but, notamment, de publier des auteurs inconnus.
« Meurtres en Modulation de Fréquence est son deuxième roman, intégré à la collection Douro et édité par Encre Rouge.

Description

Genre : Polar

EAN 13 : 9782377899623

Format : 152 x 229 mm

Nbre de pages : 356

Parution : Juin 2020

Avis (1)

1 avis pour Meurtres en modulation de fréquence, écrit par Albert de Morais

  1. Eugénie

    Fan de polars, j’ai forcément été séduite par le genre.
    Mais mon attrait pour ce roman ne s’est pas arrêté là. Il m’a tenue en haleine du début à la fin. Je l’ai lu en un week-end (…et pourtant : j’ai un emploi, trois enfants et il fait 350 pages!)
    L’histoire se déroule dans les années 80 et le personnage principal, Alban m’a charmée je dois l’avouer.

    Oui parce que c’est une confession que je dois vous faire chers amis, je craque pour « les hommes à l’ancienne » (d’où mon titre qui fait référence à Belmondo).
    Des hommes comme Alban : passionné (par tout ce qu’il fait, pas que par les femmes), charmeur, courageux, mais surtout qui a des valeurs et des principes.
    Sans parler des dialogues qui prennent au langage employé à l’époque : mi-soutenu mi-parigot, moi, ça me ne me laisse pas indifférente.
    Ajouter à cela : une romance, des meurtres et la DGSE qui s’en mêle…perso j’appelle ça le bonheur 🙂

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *