Moundjou de Isabelle Cervellin-Chevalier

 
Noté 4.50 sur 5 basé sur 2 notations client
(2 avis client)

18.00

Genre: Roman

EAN 13: 9782377891245

Nbre de pages: 199

Format: A5

Parution: Février 2019

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Moundjou

Dans un tableau vaste et coloré surgit une réalité spécifique de l’Afrique centrale. Euphrasie est fliquette, Thérèse Kiné, Pulchéry athlète, Su-Line se bat pour son ONG, Viota avec ses histoires d’amour, la sœur Marie-Mado recueille les âmes perdues et Peggy ne rêve que de partir avec son  Moundjou !

Tous les coups sont permis pour tenter d’échapper à la fatalité. Et tandis que ces femmes survivent, vivent et rêvent d’avenir, nos certitudes d’occidentaux sont mises à mal.

En filigrane de cette mosaïque sociale se dessinent les problèmes de corruption, de violence, de l’accès à l’éducation, des croyances et des affrontements politique pour l’or et le diamant maudit.

Ce roman essaye de décrire, derrière les idées reçues, des êtres attachants et un continent impitoyable qui sont, en fait, les véritables héros de cette aventure.

L’auteur:

Isabelle Cervellin-Chevalier est Docteur en Etudes Grecques et traductrice littéraire. Elle vit à Athènes après avoir passé six ans en République Centrafricaine puis huit en Arabie saoudite. Suite à ses travaux de thèse, elle publie, en 2002 Une histoire du doux pays de Chypre, une traduction romancée d’un manuscrit chypriote médiéval pour laquelle elle reçoit les honneurs du Ministère de l’Education et de la Culture chypriote.

2 avis pour Moundjou de Isabelle Cervellin-Chevalier

  1. Note 4 sur 5

    Patrice Roucayrol

    Pour qui a travaillé en Afrique, ce roman, drôle et formidablement documenté, est une révelation. La lecture vous emporte autour du destin de 7 femmes, le sujet de la condition féminine étant l’un de ceux qui tient à coeur à l’auteur. On y découvre aussi l’Afrique, sa misère, sa corruption, une Afrique que l’auteur décrit avec tendresse et sans condescendance aucune.

    Encore bravo ! A mettre d’urgence entre toutes les mains

  2. Note 5 sur 5

    MLorraine

    Isabelle raconte la Centrafrique par l’intermédiaire de la vie de sept femmes d’origines variées :
    Euphrasie la fliquette (entre autres activités), Thérèse la Kiné, Pulchéry l’athlète, Su-Line la chinoise créatrice d’ONG (entre autres),
    Viota la grecque et ses histoires d’amour, la sœur Marie-Mado puis Peggy qui ne rêvait que de partir avec son Moundjou !
    C’est un roman qui a remué mes souvenirs de 4 ans de vie au Gabon, situé aussi dans la région de l’Afrique Centrale. Beaucoup d’émotions ont refait surface. Isabelle brosse un tableau très vaste et détaillé des problématiques si spécifiques à la région. Entrelacés dans chaque histoire surgissent les problèmes de corruption, de violence, de l’accès à l’éducation. Se manifeste aussi le poids de la religion et du gouvernement. Avec ses personnages on éprouve l’impuissance, l’injustice, les jalousies, mais l’amour et l’espoir aussi.

    Un dernière touche d’authenticité dans son écriture est l’utilisation du vocabulaire caractéristique, du genre « plainté » « marabouté » « clignoté » « demitouré »…. Ainsi que l’allusion à certaines croyances et mythes.

    Il va sans dire que j’ai beaucoup aimé le livre d’Isabelle et que je reconnais que malgré que je ne sois pas une grande enthousiaste de l’Afrique mon séjour au Gabon a été une expérience de vie très riche qui m’a ouvert les yeux sur beaucoup de sujets.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez peut-être aussi…